La Valponasca

La Valponasca

"Quand elle prévoyait de rentrer tard de la paroisse, étant donné le grand travail à la campagne, (...) elle se levait plus tôt que d’habitude et, avant de réveiller sa soeur, elle allait à la vigne et faisait une bonne part de travail (...). Sa force physique et son caractère la portaient à un travail viril" (Annales de l’Institut des F.M.A.).

Le 10 février 1827, le grand-père paternel de Marie Mazzarello avait pris en location, pour une durée de 18 ans, la "Cassina di Valponasca", propriété du marquis Giorgio Doria. Dominique Mazzarello mourut jeune, laissant son héritage à ses quatre fils. Trois d'entre eux partagèrent avec leur famille la maison des "Mazzarelli di qua". Par la suite, la famille s'étant élargie, Giuseppe Mazzarello, père de Marie Dominique, décida de s’installer à la Valponasca, probablement en 1849. Dans cette ferme Marie Dominique, pleine de vigueur, vive et intelligente, vécut son adolescence et sa jeunesse. A la Valponasca sa vie prit un autre rythme. Jusque là, elle avait été le bras droit de sa mère. Maintenant que sa petite soeur Felicina avait grandi, Marie Dominique pouvait suivre son père à la campagne.

Travail et prière caractérisent sa jeunesse. Marie Dominique avait trouvé "un lieu" qui était comme le point de force de son intense journée de travail aux champs et à la vigne. A la ferme de la Valponasca, il y a une petite fenêtre, exposée au sud, d’où l’on voit l’église paroissiale. Marie allait tous les matins à la messe, mais le soir elle ne pouvait pas retourner au village. Elle s’unissait alors à tous ceux qui priaient à l’église, en regardant par la petite fenêtre. Lorsque sa mère s’en aperçut, d’accord avec son mari, elle proposa à toute la famille de se réunir près de la fenêtre pour la prière du soir. Marie Dominique apprit, à la Valponasca, à vivre au long des jours une vie spirituelle intense. Là, où seul le vent brise le silence, elle avait appris, sans en connaître la parole, à vivre la contemplation, la vraie, celle qui, selon l’évangile, se charge du fardeau de ses frères. A la Valponasca, Marie Dominique prit conscience de sa vocation religieuse sans savoir encore comment la réaliser.

L’ancienne ferme habitée par Main (c’est le nom qu’on donnait en famille à Marie Dominique) pendant son adolescence, tenait à coeur aux FMA. Elle fut achetée le 25 avril 1986 et restructurée d’après un plan aussi fidèle que possible à son aspect original, tout en la rendant apte à recevoir les visites des nombreux pèlerins qui viennent boirent à la source d’une spiritualité forte. En 1988, les travaux de construction étaient terminés.