L'histoire

castello

"Molanesio", selon l'ancienne dénomination qui tire son origine du latin "mulio - mulionis", constituait une étape pour les commerçants et pour le trafic muletier intense entre Genova et Alessandria. Les premières mentions historiques regardant Mornèse remontent au 12ème siècle : dans un contrat signé le 15 août 1118, Ottone de Murta donnait, à titre gracieux, quelques maisons dont il était propriétaire dans le territoire de Molanesio et Casaleggio, à Ansaldo et Giovanna Molanese, avec l’obligation de lui assurer le vivre, le couvert et le foin lors de ses voyages. Mornèse et Casaleggio étaient déjà alors des agglomérations assez importantes. La tradition, confirmée par les actes de la visite épiscopale de Monseigneur Andujar en 1751, et par un autre document d’histoire locale des premières années de 1800, nous informe que, depuis 1118, les propriétés rurales de Voltignana et Ponticello faisaient partie de Mornèse. En 1271, Mornèse est désormais un carrefour très important. Selon la tradition, l’Abbé du Saint Ermitage de Ponticello, venu habiter dans le village, y avait fait construire son château, au lieu dit "Castellazzo", où se dresse l'actuelle église paroissiale. En 1270, la famille Rosso della Volta, qui participait au gouvernement de la ville de Genova et avait beaucoup d’intérêts agricoles dans l’Oltregiogo, décida à son tour de bâtir un château à Mornèse, sur la colline de Berguato (Borgoalto), en face du château de l’Abbé; la construction est imposante pour une époque où les plus riches dormaient encore sur les paillasses. En 1330, la propriété passe en d'autres mains. Les nouveaux propriétaires sont sûrement de la famille Doria. En 1352, ils achèteront aussi la propriété rurale de Ponticello. La famille Doria sera propriétaire de Mornèse jusqu’à la mort de Ugo Doria, le dernier héritier, en 1574. Douze ans après, sa veuve vend la propriété à Filippo da Passano. Dans le groupe des habitants de Mornèse qui, selon l’usage, promettent fidélité au nouveau seigneur, apparaissent les noms de Stefano, Bernardino et Agostino Mazzarello, descendants d’un certain Prino, originaire de Fiaccone (aujourd’hui Fraconalto) et plus précisément de Maxaret, qui avait obtenu, en 1564, l’exemption des taxes, en tant que père de 13 enfants, tous vivants. Gregorio, fils de Prino, est le premier Mazzarello de Mornèse dont on ait connaissance. En 1560, en fait, il est nommé en tant que témoin dans un acte notarial. Son nom, Maxareto, est écrit par le notaire comme il est prononcé : Mazaree, par la suite latinisé Mazarelus. Les maisons et les fermes des nombreux descendants de Gregorio et de Stefano Mazzarello constitueront, peu à peu, le hameau très peuplé des "Mazzarelli". De la souche de Gregorio naîtra, le 9 mai 1837, Marie Dominique Mazzarello, la sainte cofondatrice de l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice (F.M.A).